DéfilezDéfilezRetour

Choisir son logement sans le visiter

Patrizio Fortino emménagera en septembre dans un logement qu’il n’a jamais visité, dans un immeuble où il n’a jamais mis les pieds. Confinement oblige, il a effectué toutes ses démarches à distance. Il est sûr d’avoir fait un choix judicieux.

Lire l’article

« J’ai fait beaucoup de recherches en ligne et la qualité de vie offerte au complexe Humaniti est venue me rejoindre, précise-t-il. J’ai une bonne idée du quartier où il se trouve, puisque je travaille au centre-ville. J’ai pu explorer virtuellement le projet, avec des vidéos, et voir des plans d’appartements disponibles à chaque étage. Le concept de communauté verticale, avec un hôtel, des restaurants, des espaces de bureaux collaboratifs, des logements locatifs et des condos est très bien expliqué. C’était facile d’explorer et de savoir à quoi ressembleront les unités et les espaces communs, une fois complétés. L’agente de location était toujours disponible pour répondre à mes questions. Ce n’est pas comme être face à face, mais cela a très bien fonctionné. »

Faire des ventes à distance n’est pas nouveau, fait remarquer Tina Dostie, vice-présidente, ventes et marketing, chez DevMcGill, qui pilote entre autres le chantier du complexe Humaniti. « Cette façon de faire est appliquée chez nous depuis déjà un moment, que ce soit avec les investisseurs ou les étudiants universitaires d’autres régions, précise-t-elle. Mais pour le client de Montréal qui achète ou loue dans la région de Montréal, c’est nouveau et nous sommes prêts. »

Alexandre Lacoursière, un des quatre associés chez SmartPixel et sa conjointe Catherine Tremblay démontrent l’efficacité des outils virtuels dorénavant à la portée des consommateurs pour les aider à louer ou acheter un appartement à distance.

La fermeture des bureaux des ventes et de location a entraîné un changement rapide des façons de faire. Alors qu’il fallait auparavant se déplacer pour mieux comprendre les subtilités d’un projet, promoteurs et constructeurs cherchent activement à bonifier leur présentation à distance. Ceux qui avaient déjà recours à de la technologie virtuelle ou interactive, pour fournir une expérience immersive dans leurs bureaux, veulent aller encore plus loin, en ligne.

« La concurrence est vive », explique Alexandre Lacoursière, cofondateur et vice-président, développement des affaires, de l’agence de création SmartPixel, qui met à profit la technologie utilisée dans l’industrie des jeux vidéo. Les caractéristiques qui amènent les gens à choisir un projet immobilier plutôt qu’un autre doivent être mises en évidence de façon moins subtile qu’habituellement.

« C’est comme un speed dating. Il y a beaucoup moins de temps pour connaître un projet. Le contenu doit être accessible plus rapidement et être à portée de main. Toute l’information doit être donnée de façon visuelle. »

Au cas où les clients ne connaissent pas le quartier, il faut préciser où se trouvent les épiceries, les parcs, les écoles. Il faut aussi répondre à des questions très précises concernant l’ensoleillement des balcons, la vue, l’aménagement des pièces, etc.

« Les entrepreneurs nous demandent de rassembler le plus d’information possible de façon visuelle pour appuyer leurs propos et sécuriser encore plus les gens », révèle-t-il.

Selon lui, en peu de temps, la technologie virtuelle est devenue une nécessité.

Lien original